couples et mariage

Monday, October 17, 2005

La cupidité : un mal pernicieux

L'argent est parfois un réel poison dans la vie d'un couple. Véritable aimant pour certains hommes, ces derniers n'hésitent pas à profiter des sentiments des femmes en situation de vulnérabilité et de détresse pour leur soutirer des sommes faramineuses sans considérer les blessures...
L'argent est parfois un réel poison dans la vie d'un couple.
Véritable aimant pour certains hommes, ces derniers n'hésitent pas à profiter des sentiments des femmes en situation de vulnérabilité et de détresse pour leur soutirer des sommes faramineuses sans considérer les blessures qu'ils provoquent à leur passage. Une réalité dont se plaignent de nombreuses victimes qui ont vu, leur vie, prendre soudainement le goût amer de la trahison.Les femmes sont des êtres sensibles. Après un échec sentimental, elles cherchent toujours à se tourner vers autrui pour profiter d'une nouvelle chaleur humaine en vue de retrouver une consolation suite à leurs déboires. Malheureusement, il arrive que cette fragilité tende à enfoncer ces personnes dans une déception encore plus grande dans la mesure où elles se voient encore une fois, utilisées, biaisées et trompées par des individus sans moralité et sans aucun principe.

Cela a été le vécu de Fouzia, une mère de deux enfants, en instance de divorce. Son incapacité à obtenir rapidement la dissolution de son mariage, l'a conduite à frapper à plusieurs portes. Une quête qui l'a malencontreusement menée vers un individu sans scrupules qui a largement profité de sa faiblesse en lui promettant des jours meilleurs :

"En rencontrant Amine, il s'est empressé de me dire qu'il est fonctionnaire dans un ministère marocain et qu'il y occupe une place importante. En me confiant à lui, il m'assura de son soutien et de son appui pour obtenir mon divorce dont le jugement traînait depuis quelques mois. Je lui avais fait confiance et j'écoutais ses recommandations à la lettre.Lorsqu'il exigea 15.000 DH pour les remettre à un magistrat afin de faire avancer l'état des choses, je me suis précipitée à réunir l'argent pour le lui remettre. Par la suite, notre relation a tissé entre nous des liens plus intimes et il fit la connaissance de mes enfants. Nous sommes sortis un soir tous ensemble et nous avons été dînés au restaurant. Au moment de régler l'addition, il a pris mon sac sans aucune gêne et a réglé la facture avec mon argent. Je suis restée bête devant son geste mais je n'avais pas voulu provoquer de scandale.Par la suite, toujours concernant mon divorce, il me redemanda de nouveau 15.000 DH, m'assurant qu'il s'occupait de tout. Au bout du compte, j'ai découvert sa supercherie et j'ai compris rapidement que je n'étais à ses yeux qu'une vache à lait à traire au moindre centime sans tenir compte du fait que l'un de mes petits soit handicapé. Je suis étonnée que dans de telles institutions censées protéger les citoyens, nous puissions trouver des personnes pareilles pleines d'opportunisme et de cupidité…"confie cette mère, avant de fondre en larmes.La méfiance est nécessaire Il est certain que cette situation, a été le vécu de plusieurs femmes. Nous sommes toutes faibles devant le charme des hommes, particulièrement si nous sommes dans une situation critique. Mais cela ne veut pas dire que nous ne devons pas faire appel à notre intelligence.Il est clair qu'il ne faut pas uniquement réfléchir avec son cœur mais avec son esprit. Si un comportement vous semble dès le départ louche, n'hésitez pas à affronter la personne et à la mettre au pied du mur. Demandez-lui des comptes même s'il vous affiche un air vexé. Il s'agit uniquement d'une manipulation à laquelle vous ne devez prêter aucune attention.Si un homme vous demande de l'argent, faites preuve de méfiance. Dans un couple, il n'y a pas de honte dans la mesure où votre mari passe par une mauvaise période mais il n'a jamais été dit que l'attitude d'un vrai gentleman est de compter sur les ressources financières de sa compagne…

La nervosité : l'ennemi de votre couple


Dans tous les couples, il existe des problèmes. Cette expression, vieille depuis des générations, est souvent répétée par nos mères et nos grands-mères pour que toutes les jeunes femmes mariées affrontent les obstacles avec patience et sagesse.

Dans tous les couples, il existe des problèmes. Cette expression, vieille depuis des générations, est souvent répétée par nos mères et nos grands-mères pour que toutes les jeunes femmes mariées affrontent les obstacles de la vie conjugale avec patience et sagesse. Mais lorsque les différends perdurent, la vie devient infernale et il arrive que vous craquiez, principalement si vous avez un mari qui s'énerve au quart de tour.Vivre au quotidien avec son conjoint ou sa compagne n'est pas toujours une partie de plaisir. Il est vrai que la vie à deux est pleine de bonheur, de partage, de complicité néanmoins, le stress qui nous accompagne le long de la journée, les charges professionnelles et familiales minent la vie de plus d'un couple.

Les disputes deviennent fréquentes et l'animosité emplit l'atmosphère au point que plusieurs hommes et femmes appréhendent le soir pour rentrer à la maison. Au lieu que ce soit un moment d'intimité, de retrouvailles et de détente, l'ambiance est électrique et chacun y va de son grain de sel jusqu'à ce qu'un esclandre se déclenche, plongeant l'ensemble du foyer dans une tension embarrassante.Comment éviter cette tension ? Nos aînées disent toujours que les femmes sont habituellement pleines de bon sens. Ces dernières veillent sur l'équilibre de leur maison, sur l'éducation des enfants mais également sur le confort de leurs maris. Ceux-ci doivent être dorlotés, pris en charge et le moindre désir satisfait. A défaut, celui-ci se met en colère et vous reproche votre manque de disponibilité. Ce qui n'est pas toujours une situation simple à gérer.Pour éviter sa nervosité et ses accès de mauvaise humeur, il est préférable d'adopter une certaine organisation qui vous permet d'accorder à chaque chose le temps qu'il lui faut. Ne faites pas tout en même temps. Quant à votre époux, il doit comprendre que vous n'êtes pas sa maman et qu'il peut très bien se prendre en charge, particulièrement pour des agissements qu'il peut faire lui-même.Si votre mari se met dans tous ses états pour une paire de chaussettes introuvable, restez calme et incitez-le à la chercher plutôt que de s'enrager. Le ton qui monte est inutile surtout que généralement, il ne résout rien si ce n'est qu'il finit par créer un fossé au sein de votre couple. Pour une gestion efficace, la patience et le calme demeurent les mots clés.

La jalousie: une émotion qui empoisonne la vie


Tout le monde est jaloux en amour, mais certains beaucoup plus que d'autres ! Si vous ne supportez pas que votre conjoint fréquente d'autres personnes et si vous l'épiez sans cesse, il est temps d'y remédier, sous peine de détruire votre couple.

Chez la plupart des couples, il y a un instinct de propriété sur l'autre. Le point sur ce sentiment et son impact sur la relation amoureuse.La jalousie, lorsqu'elle devient un mode relationnel, est l'arme la plus puissante pour détruire radicalement une relation et aliéner les deux personnes qui y sont impliquées. Parce qu'elle mise essentiellement sur l'évitement d'un dialogue sincère, sur la fuite des responsabilités de chacun devant la satisfaction de ses besoins et sur une tentative de contrôle motivée avant tout par le déni de son expérience réelle, l'existence jalouse est une recette infaillible pour conduire au malheur.

Hommes ou femmes, la jalousie n'épargne personne.Les raisons qui conduisent à la jalousie ne sont pas toujours communes au deux sexes. La jalousie féminine se construit sur le fantasme que toute femme est une rivale en puissance , la jalouse évalue les autres femmes comme elle imagine que l'homme le fait tout en guettant chez celui ci le moindre signe de trahison.De son côté, l'homme jaloux surveille l'apparence de sa femme et contrôle son emploi du temps . Toute transgression des habitudes provoque une avalanche de remarques et questions.Dans tous les cas , il s'agit d'une tentative désespérée pour se réaliser dans un amour imaginaire , qui provoque forcément de la souffrance , aussi bien chez l'homme que chez la femme.De l’amour à l’autodestructionPour certaines, la manifestation de la jalousie consiste juste à vérifier auprès de l'être aimé qu'il est toujours au centre de ses pensées, c'est-à-dire que les autres ne comptent pas. La jalouse se tranquillise, tout en prouvant à sa "victime", qu'elle est soucieuse de lui plaire. Cette jalousie-là, si elle reste légère, montre la bonne santé du couple qui prolonge à plaisir la phase de séduction.Pour d'autres, la peur de perdre le privilège d'être aimé est si forte, qu'elle en devient obsessionnelle. Elles cherchent les indices de leur infortune, c'est-à-dire la preuve qu'ils ont une rivale. Cette attitude, si elle s'exacerbe, rend l'histoire amoureuse invivable. La jalouse, par sa méfiance, étouffe toute expression spontanée chez son partenaire, y compris celle de l'amour.Votre partenaire en amour n'est pas votre propriété. Ne pas être jaloux, ce n'est pas de l'indifférence, c'est avant tout un manque de confiance en l'autre. L'appréhension d'être quitté peut s'exprimer par quelques manifestations de jalousie, à condition de ne pas mettre en doute la sincérité du partenaire. Mais si l'on aliène la liberté de l'autre pour s'assurer de sa personne, on risque de tout perdre.Les trucs pour vaincre la jalousieVivre sans être jaloux, c'est possible ! Quelques conseils peuvent vous aider à ne plus souffrir de ce sentiment, et ne plus le faire subir à votre conjoint. De même, si c'est votre moitié qui vous étouffe par sa possessivité, vous pouvez l'aider à s’en sortir.Ne confondez pas travail et plaisir Inutile de vous montez des films dès qu'il rentre un peu en retard du bureau! évitez toute allusion déplacée. Si son travail lui prend du temps, il n'a certainement pas envie de se le voir reprocher en rentrant! essayez plutôt de lui changer les idées, en lui parlant d'autre chose que de son travail.Laissez-lui une vie privée Chacun a droit à son jardin secret, son intimité. Ce n’est pas parce que vous vivez ensemble qu’il doit tout vous dire. Vous n’avez aucun droit d’épier ses coups de fil ou d’ouvrir son courrier ! Imaginez s’il faisait la même chose !Prêtez votre oreilleEt si le problème venait de vous, qui ne lui accordez pas suffisamment d’attention ? Il est normal qu’il cherche ailleurs un oreille plus attentive ! Au lieu de passer votre soirée à le surveiller et de lui faire des reproches, essayez d’être plus présent…L'habit fait le moine Prêtez attention au côté vestimentaire, et s’il vous fait le reproche de ne pas soigner votre apparence ne le prenez pas mal. Car si vous voulez qu’il n’ait d’yeux que pour vous, il est essentiel de commencer par soignez votre apparence ! Et cela ne concerne pas uniquement les grandes occasions, mais également le quotidien.Ce ne sont que quelques exemples, mais ils illustrent les points essentiels pour chasser la jalousie. Et adopter la confiance, le respect et la liberté. Car si vous ne croyez pas en l'autre et ce qu'il dit, votre relation ne peut être solide. Pour donner les moyens à votre couple de s'épanouir, il est nécessaire de montrer à votre partenaire que vous ne cherchez pas à l'enfermer dans une cage !

couple et travail féminin


Depuis une trentaine d'années, la proportion de femmes qui travaillent progresse constamment. Pour beaucoup de couples, cela suppose une remise en question fondamentale des rôles traditionnels.

Une profonde évolution

Depuis à peine 40 ans, l'image du couple s'est profondément transformée. En particulier, un phénomène nouveau a atteint toutes les couches de la société à une vitesse jamais vue encore dans l'histoire : il s'agit de l'apparition du travail de la femme au sein du couple.De plus en plus, ce travail correspond aux aspirations profondes de la femme en même temps qu'à une nécessité financière. Un tel changement a fait naître des tensions ou même des conflits nouveaux dans la vie quotidienne du couple, tant sur le plan matériel qu'affectif.

Comment les conjoints acceptent-ils leurs métiers respectifs ? Quels sont leurs réticences et leurs sujets d'insatisfaction ? Les réponses à ces questions sont multiples et souvent complexes. Elles permettent néanmoins de mieux comprendre les problèmes qui peuvent se poser et de les résoudre plus facilement. En vertu de conceptions millénaires, l'homme est considéré comme le chef de famille qui doit subvenir aux besoins de son foyer. Acquérir une formation, se trouver un emploi, gagner sa vie sont des impératifs qui incombent, encore aujourd'hui, aux hommes davantage qu'aux femmes. Dès l'enfance, un petit garçon apprend qu'il devra avoir un métier, qu'il aura des responsabilités et que sa formation professionnelle est plus importante que celle de ses soeurs. Son avenir d'adulte est synonyme de métier et de travail. Ses parents s'efforceront d'ailleurs de le guider en fonction de ses goûts mais surtout, ils veillent à le "pousser" vers une situation sociale plus valorisante que la leur afin qu'il gagne plus d'argent qu'eux. Ces "devoirs" pèsent sur les épaules de l'homme et expliquent certaines hantises : la peur de ne pas réussir, la crainte de perdre son emploi, les tensions qui apparaissent s'il prend des risques en changeant de poste ou de métier. Ces hantises sont d'autant plus susceptibles de se manifester que les charges du couple sont nombreuses : un ou plusieurs enfants à élever, une maison ou un appartement à payer, etc.
L'homme peut ainsi se sentir libéré d'une angoisse lorsque sa compagne décide de travailler. Au plan matériel, l'avenir et la vie de sa famille ne dépendront plus de lui seul.
Deux salaires au lieu d'un, c'est en outre un peu d'aisance dans les finances du couple, la possibilité d'acquérir plus de biens et de s'offrir plus de voyages ou de sorties.

Faire le point sur son couple :Questionnaire sur le couple

La recherche, l'établissement, le maintien et l'approfondissement d'une relation intime et stable avec un partenaire occupent une place de toute première importance dans la vie de la majorité des personnes, celle des infirmières comme celle des autres.

Prenez le temps de faire le point sur votre situation! Il est fortement recommandé de répondre honnêtement au questionnaire et de prendre le temps voulu pour vous permettre de vivre vos émotions.

Bien définir un problème, c'est déjà avoir une meilleure emprise sur lui. Les règles interactionnelles perdent de leur pouvoir et de leur rigidité une fois mises jour, car elles peuvent être remises en question.

Votre partenaire est invité à y répondre de son côté. Ensuite procédez à une mise en commun des réponses et à un partage de vos réactions.

Il n'y a pas de "bonnes " réponses. Chacun a doit à ses propres perceptions. Chacun est l'expert de son vécu, de son monde émotif.

1. Formation du couple

Comment vous êtes-vous rencontrés la première fois? Qu'est-ce qui vous avait attirés à ce moment-là? Qu'est-ce qui vous plaisait?

Parmi toutes les personnes autour de vous, qu'est-ce qui vous a amené à épouser (ou à vivre avec) cette personne? Qu'est-ce que vous aimiez précisément en elle?

L'expression des premiers liens évoque habituellement un rapprochement du couple et donne de l'information sur les besoins mutuels qui ont amené la création du couple. Certaines personnes répondent difficilement à ces questions, se contentant de dire "Je l'aimais". Il est important de spécifier ce que vous aimiez précisément.

Exemple: Quel trait physique? Quelle qualité? Quel "défaut mignon"? Quels comportements?

Une fois que chacun s'est exprimé, il est pertinent de vous demander: Est-ce toujours présent?

Il n'est pas rare de voir des couples se détester pour les raisons qui les ont amenés à se choisir.

Exemple: L'épouse qui était si vivante et pleine d'énergie est perçue comme une "énervée" insupportable. L'époux qui était si sûr de lui et qui avait toujours l'air de savoir où il allait est perçu comme un dictateur qui croit avoir toujours raison.

2. Souhaits

Comment souhaiteriez-vous que les choses se passent entre vous? Qu'est-ce que vous aimeriez vivre dans votre couple?

L'expression des souhaits plutôt que des insatisfactions suscite l'espoir et évite les propos blessants. Cela crée un projet commun autour duquel les partenaires peuvent se réunir. Cela indique clairement au partenaire les comportements souhaités. Au lieu de dire ce qu'il ne doit pas faire, le laisser deviner ce qu'il lui faut faire.

Exemple: Ne pas dire: Cesse de regarder tout le temps la télévision. Dire: J'aimerais que tu parles plus souvent avec moi.

Certaines personnes ignorent ce qu'elles veulent, n'ayant conscience que de ce qui fait mal. Il devient alors utile de cerner l'insatisfaction et de les orienter vers une demande positive de changement.

3. Situation actuelle

- A quoi cela ressemble de vivre dans votre couple?
- Qu'est-ce qui fait que vous êtes toujours ensemble après "X" temps?
- Quels sont les besoins insatisfaits?

4. Symbole

Comment décririez-vous votre couple? Avez-vous des images à ce sujet? Si votre couple était une route, quel genre de route serait-il? Quel genre de maison serait-il? Quel genre de véhicule? Quel autre symbole pourrait représenter votre couple?

Pour certaines personnes, l'expression symbolique permet d'exprimer et de découvrir plus profondément leur vécu comme couple.

Exemple: une maison fermée, isolée de l'entourage, un hôpital, une autoroute droit où on file à toute vitesse, une route où il y a plein de courbes et de montagnes, une paire de pantoufles confortables.

5. Insatisfaction

Si vous aviez une baguette magique, qu'est-ce que vous changeriez dans votre couple? Qu'est-ce qui fait mal? Quelles attentes parmi celles que vous aviez au moment de la formation du couple n'ont pas été satisfaites?

6. Avenir

Comment imaginez-vous votre vie de couple dans un, cinq ou dix ans? Comment vous voyez-vous dans un, cinq ou dix ans?

7. Règles régissant les émotions

Qu'est-ce que vous faites avec la peine dans votre couple? Qu'est-ce que vous faites lorsque vous en avez? Commet réagit votre partenaire? Qu'est-ce qu'il fait lorsqu'il a de la peine? Comment réagissez-vous?
On peut poser les mêmes questions en remplaçant la peine par la colère ou la joie.
Est-il permis d'exprimer ouvertement ses émotions dans votre couple? Est-ce permis également pour chacun des partenaires?

Ces questions permettent de mettre en évidence ce qui peut être vécu implicitement quant à l'expression des émotions.

8. Expression de la satisfaction

Savez-vous si l'autre apprécie votre présence ou ce que vous faites? Comment le fait-il savoir? Comment le faites-vous savoir? Devez-vous le demander? Doit-il le demander? Comment réagissez-vous lorsque l'autre vous félicite? Cela vous arrive-t-il de le féliciter?

9. Négociation

Qu'est-ce qui se passe lorsque vous n'êtes pas d'accord? Comment cela se termine-t-il, habituellement? Vous arrive-t-il de vous disputer? Comment cela commence-t-il? Comment cela se termine-t-il?

10. Différenciation

En quoi êtes-vous semblables? (goûts, besoins, formation, intérêts, etc.). En quoi êtes-vous différents? Avez-vous du temps juste pour vous (individuellement)?

11. Vie sociale

Sortez-vous? Avez-vous des amis personnels? Tous ceux que vous voyez sont-ils des amis du couple? Quel rapport avez-vous avec la famille (la vôtre et celle du conjoint)? Avez-vous suffisamment de temps pour être ensemble en tête-à-tête?

12. Image de soi

Que pensez-vous de vous comme partenaire? Pourquoi votre partenaire vit-il avec vous? Qu'est-ce qu'il (elle) aime précisément en vous? Pourriez-vous vivre seul(e)? Pourriez-vous vous trouver un autre partenaire si vous le souhaitiez? Cela vaudrait-il la peine de vivre seulement pour vous?

13. Rôles

La plupart du temps:

- Qui est responsable des repas? Comment cela se décide-t-il?
- Qui est responsable de réparer (ou de faire réparer) l'auto, la maison, les meubles, les appareils électriques?
- Qui achète les vêtements?
- Qui s'occupe des finances (budget, impôt)?
- Qui s'occupe des ordures ménagères?
- Qui nettoie et range la maison?
- Qui organise le temps libre, suggère ou choisit les sorties et les activités?
- Qui s'occupe de l'éducation des enfants?
- Qui initie les conversations?
- Qui initie les rapprochements après une dispute? Comment fait-il (elle)?
- Qui initie habituellement les relations sexuelles? Comment fait-il (elle)?
- Qui console l'autre habituellement?
- Qui critique l'autre habituellement?
Y a-t-il des changements souhaitables dans ces rôles?

14. Exploration des tabous

Comment réagiriez-vous si votre partenaire :

- vous frappait une seule fois?
- avait une relation sexuelle avec une autre personne?
- aimait une autre personne?
- vous quittait?
- buvait à l'excès?

Comment vous sentez-vous présentement lorsque vous pensez à chacune de ces situations?

15. Implication

Qu'est-ce que vous êtes prêt à faire pour que cela aille mieux dans votre couple?

16. Reproches hypothétiques

Si vous étiez fâché contre votre partenaire, cela serait à quel sujet? Qu'est-ce que les autres, à votre place, reprocheraient à votre partenaire?

Certaines personnes en viennent à ne plus ressentir la révolte ou la colère et se désensibilisent pour mieux supporter l'insupportable. Une réflexion sur ce qui pourrait vous fâcher et une prise de distance à travers le regard d'un autre peut faciliter une remise en question.

17. Secrets

Quels sont les secrets que vous ne voudriez pas que votre partenaire sache? Comment réagirait-il s'il les apprenait? Qu'est-ce que cela vous ferait de le voir réagir ainsi? Quel effet cela a-t-il sur votre relation que de garder ce secret?

Une réflexion seule sur ce thème permet à la personne de découvrir les craintes catastrophiques, et possiblement irréalistes, qu'elle entretient au sujet de son secret. Elle peut également découvrir le prix qu'elle paie ce secret (éloignement émotionnel). Notons enfin que plusieurs personnes conservent des secrets sous prétexte de protéger l'autre, alors qu'en réalité, elles se protègent elles-mêmes.

Qu'est-ce que je pourrais avoir à lui dire que je n'ose pas lui dire ou que je n'ai pas eu l'occasion de lui dire?

Une fois le secret bien identifié, la personne a déjà plus d'emprise sur lui. Le choix de ce qu'elle souhaite faire à ce sujet lui revient.

Sunday, October 02, 2005

Les 10 règles d'or du dialogue dans le couple...

1-Sachez écouter avec attention et ne répondre que lorsque votre conjoint a fini de parler.

2-Soyez lent à parler. Réfléchissez d’abord. Parlez de telIe façon que votre conjoint comprenne bien ce que vous voulez dire.

3-Dites toujours la vérité, mais dans l’amour. N’exagérez en rien.

4-N’utilisez pas le silence pour frustrer votre conjoint. Expliquez-lui la raison de votre hésitation momentanée.

5-Ne vous querellez pas; n’oubliez pas qu’il est possible d’avoir un différent sans pour autant devoir se disputer.

6-Soyez aimable dans vos réponses. Ne répliquez jamais avec colère.

7-Sachez reconnaître vos torts et demander pardon.

8-Cessez de harceler votre conjoint de doléances. Evitez de l’agacer continuellement.

9-Ne critiquez pas votre conjoint et ne le blamez pas, mais cherchez plutôt à l’encourager et à l’édifier.

10-Cherchez à comprendre, avant d’être compris. Soyez tolérant et prenez sincèrement à coeur les intérêts de votre conjoint.

Dix mots pour une vie de couple harmonieuse


Partage, tendresse, mais aussi routine, incompréhension : pas facile de vivre heureux à deux. Voici, en dix mots, comment retrouver l'équilibre et l'épanouissement dans son quotidien.



1-Communication
Beaucoup de disputes naissent d'un manque de communication dans le couple. Il vous arrive souvent d'accepter de faire des choses qui vous agacent sans rien dire, espérant que votre conjoint le comprendra. Vous devez sortir ce soir, mais vous êtes très fatiguée. Vous aurez tendance à dire à votre partenaire : "Tu es sûr que tu as envie d'y aller ?" au lieu d'expliquer clairement que vous êtes crevée. Résultat, votre conjoint ne décode pas le message, vous sortez alors que vous n'en avez pas envie et vous le lui reprochez plus tard. Soyez à l'écoute de l'autre, exprimez vos frustrations, vos désirs, cela vous évitera d'accumuler ressentiment et contrariétés. Sortez des conversations banales sur le quotidien et parlez vraiment de vous et de vos attentes respectives.

2-Adaptation
Parce que vous êtes deux personnes différentes par nature, la vie de couple ne va pas de soi et nécessite un certain nombre de compromis. Vous n'avez pas forcément les mêmes habitudes, le même rythme de vie. Il est impossible de concilier deux éducations, deux personnalités sans opérer quelques ajustements. Il faut parfois savoir prendre sur soi et renoncer à ses petites manies et exigences irrationnelles. Est-ce vraiment si important que la télécommande soit rangée sur ce rayon de l'étagère ? Acceptez les désirs et besoins de l'autre, et trouvez un équilibre entre vos deux modes de vie.

3-Générosité
On vous l'a souvent dit, aimer c'est donner et recevoir. Aussi ringarde que puisse paraître la formule, elle recelle une vérité incontestable. Attention, il ne s'agit pas de cadeaux mais de temps, d'écoute, de disponibilité, de capacité à aimer l'autre. Et cette générosité est inconditionnelle, gratuite. Pour que la vie maritale ne tourne pas à la simple cohabitation, courtoise mais mortifère, les conjoints doivent être animés du désir de prendre soin de l'autre, de lui faire plaisir. Les baisers, compliments et autres témoignages d'affection ne sont pas réservés aux débuts de relation. Renouvelez chaque jour par des marques de tendresse et d'attention votre choix de vie commune.

4-Respect
Vous avez atteint un tel degré d'intimité avec votre partenaire que vous pensez pouvoir être plus directe. Jusqu'à lui parler brutalement, sans tact ni délicatesse. Sans que vous vous en doutiez, il arrive que la violence de vos propos le blesse ou l'humilie. Bizarrement, c'est à la personne que vous aimez le plus que vous manquez le plus de respect. Evitez la grossièreté et les critiques acerbes. En somme, comportez-vous avec votre partenaire comme vous aimeriez qu'il le fasse avec vous.

5-Disponibilité
Consacrez du temps à l'autre, partagez des moments en couple. Cela paraît évident : puisque vous vivez ensemble, vous passez beaucoup de temps rien que tous les deux. Mais ce n'est pas si simple. Il est essentiel de préserver des petits moments privilégiés à deux, où chaque partenaire est totalement présent et disponible intellectuellement pour l'autre, où il oublie ses soucis professionnels et matériels. Sortez, trouvez des activités communes, cultivez vos centres d'intérêt, partagez une véritable intimité à deux.

6-Séduction
Gare à l'indifférence, à la banalisation de l'autre. Ce n'est pas parce que vous avez franchi le cap de la vie en commun que vous devez considérer votre couple comme acquis et définitif. Ne vous laissez pas aller, cherchez à vous plaire réciproquement. Jetez immédiatement à la poubelle votre vieux sweat si confortable et votre pyjama difforme. Vous trouvez que les habitudes et la routine s'installent progressivemement ? Rappelez-vous que vous n'êtes pas spectateur, mais acteur de votre couple.

7-Confiance
Tout le monde vous le répète, il n'est pas de relation saine sans confiance. Chaque jour, la promiscuité vous soumet à la tentation de surveiller les moindres faits et gestes de votre conjoint, de contrôler ses coups de téléphone, mails et autres sms. Stop ! Résistez à la méfiance, au doute, à la suspicion. Ne transformez pas vos repas en interrogatoires interminables. S'il est important de faire confiance à votre partenaire, il est aussi essentiel d'avoir confiance en votre relation. Ne vous laissez pas déstabiliser par le premier obstacle qui surgit dans votre vie. Le quotidien en couple est loin d'être un long fleuve tranquille, et s'il l'est, c'est qu'il y a sûrement un problème !

8-Projet
Un projet apporte une dynamique dans le couple, un souffle nouveau. Avoir un projet introduit la dimension du rêve dans la vie à deux. Se contenter de vivre au jour le jour est finalement une manière de ne pas s'engager. Pour survivre malgré les tracas quotidiens et la routine qui s'installe insidieusement, le couple doit s'inscrire dans la durée. Car le projet donne envie d'aller de l'avant, de construire quelque chose avec l'autre. Inutile de chercher très loin, il existe toutes sortes de projets : un voyage, un appartement, des enfants, rénover une maison...

9-Intimité
Tout être humain a besoin d'intimité. Il n'est pas question que d'intimité physique, mais aussi d'intimité sentimentale, émotionnelle. Avoir des moments solitaires, cultiver son jardin secret permet de garder une part de mystère et de liberté. Laissez votre ami se perdre dans ses pensées et réflexions sans constamment lui demander "A quoi tu penses ?" Par ailleurs, les partenaires ne doivent pas être toujours collés l'un à l'autre pour avoir envie de se retrouver. A force de se voir tout le temps, on risque de ne plus se regarder. L'idéal, c'est que chacun puisse avoir son espace réservé.

10-Autonomie
Vivre ensemble de signifie pas assimiler son partenaire. Et encore moins se fondre en lui. Vous ne devez pas confondre amour et dépendance. Il est capital de laisser une marge d'autonomie à l'autre pour qu'il conserve son identité propre dans le couple et qu'il n'ait pas le sentiment d'étouffer. Prenez des cours de danse, sortez avec vos copines pendant qu'il regarde un match de foot avec ses amis. Mais soyez vigilante car rester unis en ayant deux vies séparées est extrêmement difficile. Il faut trouver un juste milieu entre la fusion et l'indépendance.

Saturday, October 01, 2005

Quand consulter une conseillère conjugale ?


"Nous voyons des couples de tous âges mais c'est surtout entre 35 et 60 ans que se produisent les crises", explique Arlette L. conseillère conjugale dans un centre de planification familiale en milieu hospitalier. "C'est souvent le cas après 10 à 15 ans de vie commune et au moment de la retraite". Les raisons ? Les vicissitudes de la vie, la méconnaissance de l'évolution de l'amour, l'irruption d'une tierce-personne ou l'usure du temps, qui amène à ne plus se supporter.

L'écoute

"Nous ne donnons pas de conseils. Notre premier rôle est d'écouter, de percevoir ce qui est dit, d'entendre au-delà des mots, afin de pouvoir aider le couple à trouver ses propres solutions." Généralement, deux cas de figure se présentent : l'un des partenaires est délaissé par l'autre ou l'ensemble du couple est en crise.
Dans le premier cas, la conseillère conjugale aide la personne à sortir de sa souffrance, à comprendre pourquoi elle en est arrivée là. Elle l'informe aussi sur ses droits en lui indiquant où s'adresser, quelles sont les procédures auxquelles elle s'expose, notamment si elle désire prendre un avocat.
Dans le second cas, c'est souvent l'un des deux membres du couple qui propose à l'autre de venir consulter la conseillère conjugale. "Pour sonder le problème, je suis toujours amenée à les recevoir séparément, même si, au moment du bilan, il faudra les voir ensemble". Pour sortir de cette crise, la conseillère conjugale essaye, à travers ses entretiens, de savoir ce qui s'est passé avant, de faire émerger les différences, les problématiques et les incompréhensions.

Neutralité et confidentialité

Le fait de parler à une personne neutre et inconnue permet au couple de s'exprimer plus librement, sans risque de jugement, et permet une réflexion plus objective.
"Se confier à un proche, c'est prendre le risque de parler de problèmes personnels à une personne avec laquelle vous pouvez être brouillée par la suite, mais qui restera observateur de votre couple". Le conseiller conjugal est également très vigilant face à d'éventuelles tentatives de manipulation par l'un ou l'autre membre du couple.
Faire appel à une conseillère conjugale, c'est aussi, pour le couple, une garantie de confidentialité et de formation professionnelle.
"Ce que nous confie l'un des membres du couple n'est jamais rapporté à l'autre, sauf avec son accord. Nous sommes liés par le secret professionnel". Créée par la loi de 1972 sur la contraception, la profession de conseiller conjugal ne peut être exercée qu'après avoir suivi une formation de trois ans sanctionnée par un diplôme. Il s'agit en majorité de femmes travaillant déjà dans le secteur médical ou paramédical et possédant des connaissances en psychologie, sexologie et en comportement de l'individu.

Les secrets du bonheur à deux


L'homme et la femme sont faits pour s'entendre. Mais le quotidien apporte son lot de soucis, discordes, incompréhensions et fatigue, qui assombrissent la vie de couple…

En amour, il ne faut pas ménager ses efforts, et savoir donner beaucoup, sans "calcul de rentabilité". Préparer son plat favori, lui faire couler un bain ou lui masser le dos font partie de ces petites attentions dont toute personne normalement constituée raffole ! L'important est qu'il ou elle se rende compte de sa chance !
Exprimer ses désirs haut et fort
Vous rêvez d’un week-end en amoureux pour votre anniversaire de mariage ou de lingerie pour la Saint Valentin ? N’attendez pas que votre compagnon devine vos désirs : exprimez-les ! Cela vous évitera des ressentiments. Et la plupart des époux aiment faire plaisir, mais n’ont jamais d’idées. En matière de sexe, c’est la même chose : si vous ne dites pas clairement à votre partenaire ce que vous aimez, ce que vous avez envie qu’il vous fasse et comment ou ce que vous n’appréciez pas, il ne le devinera pas tout seul. Demandez gentiment, clairement (en appelant un chat un chat pour lever toute ambiguïté), et il fera certainement le maximum pour vous satisfaire.
Garder du temps à deux
Travail, enfants, télé, factures… Et le couple, dans tout ça ? Chaque jour, il faut parvenir à se ménager un temps d'écoute, un vrai moment d'intimité pendant lequel on ne se parle ni du boulot, ni d'argent ni d’éducation des enfants. Chacun ne se soucie que de l'autre, de son état d'esprit ou de ce qu'il a envie de raconter. Cette sollicitude mutuelle est valorisante car elle donne l'impression d'exister vraiment aux yeux de son compagnon. Instaurez le «quart d’heure» pour vous seuls, lors du dîner (à deux) ou une fois couchés…
Ne pas décider pour soi tout(e) seul(e)
Pour tous les sujets importants, la décision finale ne peut appartenir à un seul membre du couple, mais doit avoir été prise ensemble, après concertation et acceptation par les deux parties d’un compromis satisfaisant. Les membres du couple se trouvent ainsi sur un pied d’égalité, synonyme de dialogue, d’écoute, en un mot de respect mutuel.
Ne pas faire une croix sur le sexe
Pas de couple qui dure sans sexualité épanouie… tous les couples qui se réconcilient sur l’oreiller vous le diront ! Et s’il n'existe pas, dans ce domaine, de normes à respecter (nombre de relations, durée de l'acte sexuel…), l’essentiel est que chacun y trouve son bonheur. Ce qui implique temps, fantaisie, et organisation… pas toujours facile de faire l’effort, mais pourtant le jeu en vaut vraiment la chandelle. Dans l'intimité, ne lésinez pas sur les préliminaires, variez les décors, les positions… Et, pour que la sexualité soit satisfaisante, il faut rester à l'écoute de son partenaire : lui poser des questions, lui chuchoter des mots doux, écouter ses sensations et ses envies…

Et ne jamais renoncer à le(la) séduire !

Acceptez votre conjoint tel qu’il est !

Si l’amour est un sentiment merveilleux, la vie de couple n’est pas forcément une sinécure ! Entre les frictions et les incompréhensions, on peut se demander si hommes et femmes sont faits pour vivre ensemble ! Et si la clé du bonheur était d’arrêter de vouloir à tout prix changer l’autre, pour l’accepter tel qu’il est ?

En moins d’un demi-siècle, les modèles féminins et masculins ont considérablement changé. Sur bien des aspects l’homme et la femme tendent maintenant à se ressembler de plus en plus, gommant les spécificités. Or, selon John Gray, auteur du livre "Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus"*, ce serait la cause essentielle de l’échec actuel des relations de couple. Ainsi il serait préférable d’accepter l’autre tel qu’il est plutôt que de vouloir absolument le faire changer. Cette condition serait même indispensable pour que le couple puisse "tenir la route". Alors, devez-vous cesser d’attendre l’impossible ?
Des extraterrestres l’un pour l’autre…
Pour John Gray, la différence entre hommes et femmes serait aussi radicale que s’ils étaient issus de deux planètes éloignées : leurs façons de communiquer, d’agir, de ressentir, de penser et d’aimer seraient complètement différentes. Les hommes prôneraient l’efficacité, la réussite, l’autonomie, le pouvoir et seraient davantage intéressés par les objectifs et les résultats que par les relations et les personnes. Pour les femmes ce qui compte, ce serait l’échange, les sentiments, le don de soi, l’intimité.
Des besoins affectifs de base différents
En s’appuyant sur ses 20 ans d’expérience de thérapie du couple, John Gray dresse ainsi une liste des priorités affectives des hommes et des femmes engagés dans une relation amoureuse. Autrement dit, il définit ce dont ils ont impérativement besoin pour se sentir aimés et épanouis dans leur couple. Selon lui, les femmes attendraient avant tout de l’attention, de l’écoute, de la compréhension, du respect, de l’attachement, la reconnaissance et l’acceptation de leurs sentiments (de leurs humeurs changeantes aussi). Les hommes, pour leur part, demanderaient avant tout de l’admiration, de l’approbation, de la confiance et d’être appréciés tels qu’ils sont (sans que l’on cherche à les changer).
Autant dire que face à de telles divergences les malentendus et les conflits sont innombrables. Les mésententes sont inévitables si chacun attend de l’autre qu’il ait des centres d'intérêt et un comportement amoureux identiques au sien !
Evoluer ensemble…
Redécouvrir que nous sommes radicalement différents et prendre en compte les besoins de chacun seraient donc les premiers pas à faire pour donner une chance a son couple. Comprendre le conjoint et l’accepter évite d’accumuler les frustrations, les rancoeurs, les déceptions pour tout ce qu’on attend et qui ne vient pas (ou pas comme on le souhaite). De plus, cette meilleure compréhension permet d’offrir à l’autre ce dont il a réellement besoin.
C’est uniquement une fois cette compréhension mutuelle installée que le couple peut aller de l’avant. Les hommes et les femmes sont alors prêts à évoluer et faire les menues concessions indispensables à l’aménagement d’une relation satisfaisante et suffisamment solide pour tenir dans les intempéries.
A vous donc de faire preuve d'ouverture, de tolérance, de respect… Ces qualités vous seront utiles dans votre couple, mais également dans votre vie en général !

Comment pouvons-nous nous préparer à une vie conjugale longue et heureuse

Le jour du mariage est un événement merveilleux et excitant dans la vie d'un couple. La plupart des couples consacrent toutefois plus de temps à planifier cette journée spéciale qu'à se préparer à vivre à deux. Selon certaines études, les couples qui ont une vie conjugale longue et heureuse ont plusieurs points en commun :

Ils ont une vision saine de ce qu'est vraiment le mariage.
Ils ont une idée réaliste de l'amour.
Ils sont capables de dire ouvertement ce qu'ils pensent et ce qu'ils ressentent.
Ils comprennent et acceptent qu'ils auront des désaccords.
Ils savent comment prendre des décisions. Ils réussissent à régler leurs désaccords quand ils ne sont pas sur la même longueur d'onde.
Mais pour avoir une vie de couple heureuse, il faut y mettre du sien. Vous pouvez vous y préparer en fortifiant certaines des capacités que vous avez déjà acquises. Voici quelques trucs qui vous aideront à bâtir un mariage long et heureux.

Soyez les meilleurs amis du monde
Les mariages heureux commencent d'abord par une profonde amitié et le respect de l'autre; les couples heureux savourent les moments passés en compagnie de leur partenaire. Apprenez à connaître votre partenaire. Qu'est-ce qu'il ou elle aime et n'aime pas, quelles sont ses forces et faiblesses de caractère, aspirations, rêves, buts, intérêts, craintes et préoccupations? Soyez les meilleurs amis du monde. La création d'un lien qui vous rapprochera renforcera votre union.

Communiquez
Apprenez à vous exprimer et à écouter.
Savoir parler, c'est partager ses pensées, ses sentiments et ses besoins avec son partenaire. N'allez pas croire qu'il ou elle devrait savoir ce que vous pensez avant même d'avoir ouvert la bouche. Il faut le lui dire.Savoir écouter, c'est s'efforcer de comprendre ce que votre partenaire dit. Il ne faut pas attaquer ou blâmer votre partenaire si vous n'êtes pas d'accord avec ce qu'il ou elle dit. Donnez-lui la chance de s'exprimer, de partager ses idées et pensées avec vous. Il ne faut pas l'interrompre.Prenez le temps d'apprendre ensemble à vous exprimer et à vous écouter l'un l'autre. Trouvez des façons de vous parler et de vous écouter qui vous conviennent à tous les deux.

Soyez justes
Les désaccords et les disputes font partie intégrante de toute relation. Vous pouvez apprendre à protéger votre mariage en apprenant à être juste, à résoudre des désaccords et à maîtriser votre colère.On ne peut pas passer à côté : vous ne serez pas toujours d'accord sur tout, mais tentez de rester au-dessus des désaccords et des disputes pour éviter que ces situations deviennent impossibles à résoudre.

Concentrez-vous sur les points positifs
Souvent, les couples portent particulièrement attention à leurs problèmes sans prendre pas le temps de reconnaître tout ce que leur relation leur apporte de bien. En effet, il y a plusieurs choses que vous faites bien à deux. Pensez à ces forces et soyez-en fiers. Remarquez tout ce qu'il y a de bon dans votre vie conjugale et soulignez tous ces bons éléments.

Suivez des cours de counselling préconjugal ou de préparation au mariage
De nombreux couples trouvent que des séances de counselling préconjugal ou des ateliers de préparation au mariage sont utiles avant le mariage. Ces programmes traitent des sujets suivants :
la communication
la résolution de problèmes
l'éducation des enfants
l'argent et les finances
les relations sexuelles et l'intimité
les buts que se fixe un couple
les bonnes relations avec les membres de la famille, les amis et les beaux-parents
Les programmes de préparation au mariage sont bénéfiques pour tous les couples, car ils favorisent l'apprentissage des éléments suivants :
fortifier les habiletés déjà acquises
apprendre à mieux connaître son partenaire
apprendre quelles sont les grandes difficultés du mariage et ce qu'il faut faire pour les surmonter
avoir confiance qu'ils font ce qu'il faut dans leur relation de couple
rencontrer d'autres couples et partager avec ceux qui se trouvent au même stade dans leur vie
Communiquez avec l'un des organismes suivants pour vous informer sur les séances de counselling préconjugal ou les ateliers de préparation au mariage :
votre organisme local de services aux familles
votre établissement de culte (p. ex. : église, synagogue, mosquée, etc.)
votre programme d'aide aux employés
votre collège communautaire local

Lisez des ouvrages et faites ensemble des exercices sur la relation de couple
Quelques publications sont recommandées dans la section qui suit. Ensemble, vous pourrez lire ces publications et faire les exercices où au moment et à l'endroit qui vous conviendront. Ces activités vous permettront de vous rapprocher, de perfectionner votre habileté à vivre en couple et d'apprendre à mieux connaître votre partenaire.

Ressources complémentaires

Livres et autres publications

GOTTMAN, John et Nan SILVER. Les Couples heureux ont leurs secrets: 7 lois de la réussite.Pocket, 2000.ISBN 2709621207

Bonheur dans le couple (BDC)
Ce site est consacré aux aspects importants d'une relation de couple, notamment l'amour, la communication, la sexualité, la gestion des crises, les effets de la vie professionnelle sur le couple, le mariage, etc. On y trouve des conseils, des suggestions, des listes de publications et des liens utiles.

Peut-on prévoir la durée d’un mariage ?



Les couples qui se disputent souvent ou qui au contraire sont trop distants auraient de grandes chances de divorcer. Les risques seraient maximum lors de deux périodes : avant la septième année et après la quatorzième.

Vous êtes amoureux ? Vous avez même décidé de vous marier ? Pourtant, vous connaissez certainement des couples pour qui l’union a été un échec. Comment savoir si votre mariage va fonctionner ?
Conflits et silences, causes de divorce
Une étude américaine, parue dans la revue American Journal of Marriage and the Family va peut-être vous aider. Cette étude a suivi 80 couples, mariés depuis 5 ans, sur une durée de quatorze ans. Au bout de quatre ans, 7 couples avaient divorcé. Après 10 années supplémentaires, 13 de plus n’étaient plus ensembles. Deux profils de couples à risque auraient ainsi été déterminés : les couples qui se disputent souvent et ceux qui au contraire ont des relations très froides. Bien sûr, dans les deux cas ce n’est pas réellement une surprise ! Les couples trop froids ou au contraire trop conflictuels ne semblent pas vraiment fait pour s’entendre !
Deux périodes à risque
Cette étude a également identifié deux périodes à risque. La première concerne les sept premières années de mariage durant laquelle les probabilités de divorce seraient élevées. La seconde période de fragilité se situerait aux alentours de 14 ans de mariage. Selon les psychologues, cela s’explique par l’autonomie de plus en plus grande des enfants, qui laisse aux parents du temps pour réfléchir à leur relation et faire le bilan de leur mariage.
L’une des surprises de l’étude est d’avoir trouvé un lien entre les deux profils à risque et les deux périodes de fragilité. Ainsi, les couples qui se disputent trop souvent seraient ceux qui divorcent dans les premières années de mariage et les couples trop distants seraient plus vulnérables après 14 ans de vie commune.
Un mariage sur trois se termine par un divorce
Espérons que la connaissance de ces périodes de fragilité pourra permettre à certains couples de sauver leur mariage. Selon l’Institut national des études démographiques (INED), environ 35 % des mariages se soldent par un divorce. En 1998, 116 000 divorces ont été prononcés. Le nombre d’unions devant le maire, lui, se redresse légèrement, avec 280 000 mariages en 1999. Dans l’ensemble de l’Union Européenne, la proportion est de trois mariages pour un divorce, contre quinze pour un il y a quarante ans.

Les sept principes pour qu’un mariage fonctionne



1-Apprenez à connaître votre partenaire

Ses plaisirs, ses préférences, ce qui l’irrite, ses peurs, ses sources de stress, ses buts, ses préoccupations, ses espoirs, ses désirs, ses croyances, ses peurs.

2-Alimentez votre appréciation et votre admiration.

Rappelez-vous ce que vous admirez chez l’autre, ce que vous trouvez intéressant, ce que qui vous manquerait s’il n’était pas là, ce que vous appréciez, ce dont vous êtes fier. Exprimez-le. Célébrez-le.
Rappelez-vous vos bons moments, vos valeurs et croyances communes, vos buts, le support que vous vous donnez, votre première rencontre.

3-Passez du temps ensemble.

Demeurez connectés. Discussions, activités, tâches, loisirs, plaisirs, être serviable.
Une conversation anti-stress :
Chacun son tour
Ne donnez pas de conseils non sollicités.
Démontrez un intérêt véritable.
Communiquez votre compréhension.
Prenez partie pour votre partenaire (dans un premier temps, quitte à nuancer votre position plus tard).
Exprimez votre appartenance à une équipe « Nous contre les autres ».
Exprimez de l’affection.
Validez les émotions: je vois tes émotions; elles me touchent; elles sont importantes pour moi; je suis intéressé à bien les comprendre; je m'intéresse à toi.

4-Laissez votre partenaire vous influencer.

Il importe de communiquer à son partenaire qu’on le respecte. Le partage du pouvoir est un élément important de la satisfaction conjugale. Votre partenaire peut vous apprendre comment il souhaite être aimé. Il vaut mieux se tenir régulièrement au courant de l’opinion de son partenaire. Recherchez la demande raisonnable qui se cache dans la position de votre partenaire.

5-Résolvez les problèmes que vous pouvez résoudre.

Prenez soin de commencer la conversation en douceur. Les discussions finissent souvent sur le même ton qu’elles ont commencé. Donnez la chance à votre partenaire de réparer ses erreurs. Collaborez avec ses efforts pour remettre sur la bonne voie la conversation qui s’égare dans des zones dangereuses. Retrouvez un état physique confortable avant d’entreprendre les discussions importantes. Recherchez des compromis et faites preuve de tolérance envers vos erreurs mutuelles.
Prenez soin d’écouter. Argumenter sans comprendre n’est pas efficace.
Exprimez ce que vous vivez sans blâmer.
Parlez de vous (Je).
Décrivez les faits.
Soyez clair.
Soyez poli.
Exprimez ce que vous appréciez.
N’accumulez pas les frustrations.

Demandez-vous :
Comment peut-on comprendre cette situation?
Sur quoi vous entendez-vous?
Quels sont présentement vos sentiments communs et les sentiments les plus importants?
Quels buts communs pouvez vous avoir présentement?
Comment croyons-nous que ces buts devraient être atteints?
Rappelez-vous que pour construire ensemble votre projet de couple, l’important n’est pas de savoir si, en terme absolu, ce que vous faites est statistiquement justifié. Ce qui importe, c’est votre perception subjective et votre jugement personnel: est-ce satisfaisant pour chacun d'entre vous? Chaque couple arrive à des ententes différentes. L’important, c’est que chaque membre du couple considère que l’équilibre atteint est satisfaisant.

6-Sortez des impasses au sujet des problèmes impossibles à résoudre.

La majorité des conflits conjugaux (69%) sont chroniques ( la fréquence des relations sexuelles, le partage des tâches, l’éducation religieuse des enfants, l’attitude éducative envers les enfants). Vous n’avez pas à régler ces conflits pour être heureux en mariage. En choisissant un partenaire, vous choisissez une série de problèmes insolubles avec lesquels vous allez devoir vous débrouiller pour les dix, vingt ou cinquante années. Vous pouvez vivre avec ces problèmes.
Recherchez les rêves personnels significatifs derrière ces impasses et intéressez-vous y. Vous rêvez de choses différentes. Le rêve de votre partenaire doit être exprimé et reconnu. (La liberté, la paix, l’unité avec la nature, explorer qui je suis, l’aventure, un cheminement spirituel, la justice, l’honneur, la continuité avec son passé, se guérir, connaître sa famille, devenir ce que je peux être, le sentiment de puissance, vieillir, explorer sa créativité, la compétence, le pardon, la compétence, l’ordre, la productivité, clarifier ses priorités, finir ce qui importe, explorer l’activité physique, voyager, compétitionner et gagner, le calme, l’harmonie, construire ce qui importe, faire une deuil)
Ne cherchez pas à résoudre un problème insoluble. Essayez simplement de comprendre pourquoi chacun de vous a des sentiments aussi forts à son sujet. Vous souhaitez tout deux qu’il ne soit plus une source de douleur. Acceptez les différences. Faites la paix avec les problèmes insolubles.

7-Partagez des moments significatifs.

Créez des occasions pour parler honnêtement de vos sentiments et de vos convictions. (arrivée et départ, salutations, heures des repas, fêtes, coucher, fins de semaine, anniversaires, vacances, maladie).

La majorité des gens recherchent dans la vie de couple des interactions fréquentes et non conflictuelles dans un contexte relationnel marqué par l’échange et le support mutuel.

Friday, September 30, 2005

le mariage


Je me lie pour la vie
J'ai choisi
Désormais mon but ne sera plus de chercher qui me plaise mais de plaire à qui j'ai choisi

L'intention de Dieu pour les partenaires du mariage est qu'ils soient des alliés - des amis intimes, des amants, des guerriers dans la guerre spirituelle contre les forces du diable. Pour bien lutter, nous avons à tirer force, nourriture et courage de la personne même qui, de la façon la plus profonde, nous appuie et nous accompagne dans le combat - notre âme soeur pour la vie.
Le mariage est bien plus qu'une simple convention pour surmonter la solitude ou un arrangement pratique pour perpétuer la race. Premièrement et finalement, le mariage est le miroir de la relation entre l'humain et le divin. Chaque couple est appelé à représenter Dieu dans sa relation parfaite avec lui-même - Père, Fils et Saint-Esprit - aussi bien que dans sa relation avec son peuple.
Le mariage a un double but : révéler la gloire de Dieu et rehausser celle du conjoint. Si je le/la considérerai comme porteur(se) de l'image de Dieu et me consacrerai au développement de sa beauté, de sa gloire, pour ainsi réaliser la gloire de Dieu.
Le mariage devient une grande aventure, une découverte continue, à la fois de soi-même et du conjoint, une occasion quotidienne d'élargir son horizon, d'apprendre quelque chose de nouveau de la vie, de l'homme, de Dieu. C'est pour cela que Dieu dit: "Il n'est pas bon que l'homme soit seul". L'être humain a besoin de communauté, il a besoin d'un partenaire, d'une vraie rencontre; il a besoin de comprendre autrui et se sentir compris par autrui.
C'est l'intention même de Dieu en instituant le mariage. Seul l'homme piétine et se fige. Dans la confrontation exigeante du mariage, il doit sans cesse se dépasser lui-même, évoluer, grandir. Quand le mariage se réduit à une association, même paisible, de deux êtres étrangers l'un à l'autre, il manque son but. Ils échouent dans leur destinée d'homme et de femme. Renoncer à comprendre son conjoint, c'est renoncer à se comprendre soi-même, à se développer, à s'épanouir.


Le mariage est une greffe : ça prend bien ou mal(Hugo, Victor)

Les petits défauts de notre conjoint: comment vivre avec



En usant de psychologie, on peut transformer certains travers de son Jules en vulgaires vétilles.
Par Alyne Samson

1. Pour l'hyper-relaxe: pas fort sur les corvées«Je l'aurais fait, mais ça m'est sorti de la tête!»
On détermine les tâches auxquelles on tient vraiment; on laisse notre conjoint les exécuter à sa façon.
Il ne ramasse pas ses affaires et ça nous exaspère? On les dépose dans une boîte

2. L'ado attardé: quand va-t-il grandir?«Si je gagnais à la loterie...»
Profitons de son côté amusant et laissons-lui des zones de folie.

Il dépense trop? Avec son accord, on fait virer de son compte sa part des paiements à un compte d'opérations qu'on administre: il dépensera ce qui restera!

3. Le bourreau de travail: rarement à la maison«Je vais arriver un peu en retard.»
On s'organise pour avoir une vie à soi, un réseau social important.
On fixe nos limites; on refuse de prendre toutes les responsabilités.
On lui demande de ménager du temps pour nous deux, sans cellulaire!

4. Le râleur: jamais content!«C'est bon, mais ça serait meilleur avec du citron.»
Ne pas retourner la critique contre soi si on juge qu'elle n'est pas fondée.
On amplifie son discours pour lui faire voir sa tendance à critiquer.
On ne porte plus attention; on essaie de changer de sujet.

5. Le p'tit parfait: les émotions, ce n'est pas son fort!«Il y a sûrement une solution. Tu paniques pour rien.»

On fait voir sa tendance aux remontrances; on lui dit qu'on n'a pas besoin d'un père.
Si les enfants ont encore laissé traîner leurs souliers, on convient d'un signal qui le poussera à intervenir plutôt qu'à nous dire de nous calmer.

Thursday, September 29, 2005

amour et fidilité

On a toutes nos petites certitudes sur les atouts gagnants d'un couple... Mais souvent, la réalité est complexe! Deux spécialistes nuancent.

Quand on aime, on est fidÃILE,
Pas si simple! « Si on s'aime, on sera fidèle à ses engagements, précise Jocelyne Robert, sexologue et auteure. La fidélité est un concept à définir à deux. » Chacun doit s'engager à respecter certaines règles... négociées honnêtement.
Pour François St Père, psychologue et médiateur familial, « l'infidélité, ce n'est pas nécessairement aller voir ailleurs, mais cacher des choses à l'autre. » Un couple définit toujours plus ou moins tacitement l'espace de liberté dont chacun dispose. L'infidélité, en fait, c'est ne pas respecter cette entente. "Parmi les conjoints qui sautent la clôture, un homme sur deux et une femme sur trois se disent satisfaits de leur relation! Ce n'est pas qu'ils ne s'aiment plus : ils recherchent la nouveauté." Le sentiment amoureux ne garantit donc pas l'exclusivité. Et vice versa.

L'IMPORTANCE DES CONFLITS ENTRE LES COUPLES

Il n'est apparemment pas facile de vivre une vie de couple satisfaisante pendant plusieurs années si l'on se fie au taux de divorce. Ce dernier se situe aux environs de 50% en Amérique du Nord, ce qui ne compte pas les couples qui deviennent insatisfaits ou malheureux et qui ne se séparent pas. Il s'est stabilisé si on considère l'ensemble de la population mais si on le calcule selon l'année de mariage, on observe que la probabilité continue d'augmenter pour les jeunes couples. Par exemple, le taux était de 30% pour les couples formés en 1950, de 50% pour ceux formés dans des années 70 et de 67% pour ceux formés dans les années 90 (Goleman, 1997). La moitié des divorces se produisent dans les sept premières années de mariage. Pour les deuxièmes mariages, il est de 10% plus élevé que pour les premiers (Gottman et Silver, 1999).

Pourtant les recherches montrent que les gens sont généralement non seulement très satisfaits de leurs relations au début mais aussi engagés (contrairement à une croyance répandue) et optimistes par rapport à l'avenir de leur relation. Il leur est difficile de s'imaginer qu'elle pourrait se dégrader (Clements and al., 1997; Gottman et Silver, 1999). Que se passe-t-il pour que, quelques années plus tard, ils en soient rendus à penser à la séparation? Pourquoi n'ont-ils pas été capables de maintenir leur satisfaction et leur engagement ? Peut-on identifier des différences entre les couples qui réussissent à vivre heureux ensemble et ceux qui y échouent? Y a-t-il des facteurs qui sont prédicteurs du succès ou de l'échec des relations ? Depuis quelques années, les recherches qui posent cette dernière question sont particulièrement révélatrices.

Dans ces recherches, plusieurs couples sont suivis pendant plusieurs années. Différentes caractéristiques de leur relation (ex. leurs modes de communication lors de divergences, leur niveau d'engagement, d'harmonie sexuelle, etc.) sont observées et mesurées. Après quelques années, alors que les couples peuvent se diviser en deux groupes, ceux qui se sont séparés ou se considèrent malheureux et ceux qui sont satisfaits de leur relation, on vérifie si l'appartenance à ces groupes est reliée aux caractéristiques observées au début de la recherche, plusieurs années auparavant. Aurait-on pu prévoir quels couples allaient se séparer ?

Différentes équipes de chercheurs dont celles de Clements et Markman (Clements, et al., 1997) et de Gottman (Gottman et Silver, 1999) ont constaté que certaines caractéristiques permettent en effet, avec une précision assez grande, de prédire les probabilités d'insatisfaction et de séparation. Résultat étonnant, ils ont constaté que les aspects positifs d'une relation qui débute tels que le niveau d'engagement, d'harmonie sexuelle, d'intimité, de satisfaction, etc. ne permettent pas de prédire les probabilités de succès d'une relation. Ce qui semble prédicteur par contre, est la façon dont les couples réagissent aux divergences et aux conflits lorsqu'ils se présentent.

Pour tous les couples, des différences et des conflits apparaissent inévitablement. Ils doivent décider où vivre, comment diviser les tâches, comment gérer l'argent, quelle carrière privilégier, comment répartir leur temps de loisir, personnel et avec la famille, etc.. Les différences dans les goûts, les besoins, les priorités et les idées entre les partenaires amènent des conflits d'intérêts souvent difficilement conciliables. Ce n'est pas le fait d'avoir des conflits qui est prédicteur d'échec, ni le nombre, ni les domaines de conflits. Les couples heureux après plusieurs années ont aussi des sujets de mécontentement, des conflits non résolus et des discussions parfois pénibles. Mais chez les couples qui se retrouvent séparés ou insatisfaits, on observe beaucoup plus fréquemment certaines façons négatives de réagir aux conflits qui s'avèrent néfastes. Elles enclenchent une escalade où tout est interprété de façon de plus en plus négative. Les pensées et les sentiments négatifs envers l'autre deviennent envahissants au point que, dans le quotidien, les aspects positifs de la relation perdent du terrain. Il ne reste plus beaucoup d'amitié, c'est-à-dire de respect et de plaisir d'être ensemble (Gottman et Silver, 1999).

L'échec des relations conjugales serait ainsi dû à l'érosion des aspects positifs exercée par les comportements négatifs. Selon plusieurs chercheurs, un acte négatif contrebalancerait plusieurs actes positifs (faire une activité ensemble, faire l'amour, etc.). C'est ce qui ferait que les aspects positifs qui ont amené les partenaires à être ensemble et qui alimentaient leur satisfaction dans les premiers temps ne permettent pas de prédire le succès de leur relation.

Nous verrons dans la première partie de ce dossier, quels sont ces façons de réagir aux conflits qui sont si néfastes. Nous verrons également comment apparaissent et évoluent les conflits. Dans la deuxième partie, nous verrons, de quelles façons, selon des recherches récentes, les couples peuvent orienter leurs efforts pour préserver leur relation de l'érosion par les conflits. Les modèles et recherches présentés ici constituent des développements de l'approche behaviorale-cognitive des relations de couple. Ils sont loin de faire le tour de la question. Il existe une multitude de modèles pour décrire et comprendre les relations de couple. Chacun éclaire et précise des facettes différentes.

Vivre en couple, pour quoi faire ?

Entre les défenseurs du "chacun chez soi" et ceux qui ne rêvent que d'un doux foyer commun, le torchon brûle ! Mais vivre ensemble, est-ce la décision indispensable à une vraie relation de couple, ou au contraire, un véritable "tue-l'amour" ?

Vivre ensemble, hors de question !

"Je refuse de partager mon espace vital", "j'ai besoin de ma liberté" : certains couples refusent la cohabitation systématique, et les deux partenaires vivent chacun de leur côté, ne se retrouvant que quelques jours par semaine.

S'il s'agit généralement d'un choix délibéré, ce peut être aussi une décision forcée (mutation professionnelle, notamment), alors souvent plus douloureuse qu'épanouissante, mais limitée dans le temps. Certains choisissent aussi de vivre séparément, par peur de l'engagement, mais, peu à peu, s'installent chez l'un ou l'autre, l'air de rien…

Ça ressemble à un couple…
Mais peut-on nouer une relation solide quand on ne partage que quelques soirées par semaine ? Si cela semble possible à certains amoureux (une minorité), selon les spécialistes, on ne peut pas parler alors de couple proprement dit. C'est ce que l'on appelle "le mariage de week-end, les deux partenaires ne se retrouvant que pour partager des activités agréables, explique Robert Neuburger, psychiatre et thérapeute de couple et de famille. Mais cette formule convient souvent aux couples qui n'en sont déjà plus". Difficile, semble-t-il, de ne pas partager le quotidien, les petites joies et les grandes peines, les jours de fatigue, ou de maladie, les factures et l'aménagement du nid commun ! Ces couples affirment ne vivre que le meilleur, sans connaître le revers de la médaille. Mais dans les faits, souvent, ils idéalisent la relation, et, comme au début d'une rencontre, jouent un rôle, dissimulent leurs défauts et points faibles pour ne montrer d'eux qu'une image lisse et idéale… qui n'est qu'une partie de leur personnalité.

Une histoire terminée avant d'avoir commencé
De plus, il serait faux de croire que cet amour à temps partiel évite les problèmes. "La difficulté provient parfois de ce manque de partage, de l'absence de marqueurs d'intimité que sont un territoire commun ou des finances partagées", explique R. Neuburger. La vie commune se réduit alors à la vie affective et sexuelle. Cette solution, parfois adoptée pour éviter des problèmes lors d'une séparation éventuelle, pose problème dans la construction du couple puisque la séparation est tellement anticipée qu'elle n'est parfois plus nécessaire… dans la mesure où le couple n'existe pratiquement pas !

Les aléas de la vie de couple

Pourtant, si vivre en ensemble semble essentiel à la majorité des couples, le quotidien à deux est loin d'être un long fleuve tranquille ! "Des difficultés sont liées aux rapports entre les espaces d'intimité de chacun, et l'intimité du couple, explique R. Neuburger. Ceux qui ont longtemps vécu seuls avant de s'installer, éprouvent de pénibles sensations d'envahissement de leur intimité. Il faut laisser une place à l'autre, là où on se débrouillait très bien tout seul, transformer un territoire qui nous appartenait exclusivement, en copropriété".

Wednesday, September 28, 2005

Amour & Rencontres

Ah, l’amour !

Cupidon vient de vous décocher sa flèche ? A moins que vous ne soyez encore à la recherche de l’âme soeur ou en couple depuis quelque temps déjà ? Dans tous les cas, l’amour est au coeur de vos préoccupations… Comment faire durer un coup de foudre ? Existe-t-il des trucs pour entretenir la passion ? Doctissimo vous donne tous les conseils pour une relation épanouie !

Déclarer sa flamme

En amour, les premiers pas sont souvent les plus difficiles ! Trouver l’âme soeur, vaincre sa timidité pour déclarer sa flamme, concrétiser un coup de foudre… sont pour certains de véritables épreuves. Mais le jeu en vaut la chandelle ! Quelques conseils pour ne pas rester éternellement seul !

Osez aborder l’âme soeur !

Aborder quelqu’un qui vous plaît... Voilà une situation souvent difficile, dans laquelle le trac est incontournable ! Les trucs pour que votre premier rendez-vous ne soit pas le dernier...
Votre trac vous a peut-être empêché de faire du théâtre ou de débuter une carrière dans la chanson... Mais le plus grave, c’est si votre manque d’assurance vous fait rater le grand amour ! En quatre étapes clés, Doctissimo vous donne quelques conseils pour réussir à aborder l’âme soeur...
Osez l’aborder
Vous l’avez repéré(e) depuis longtemps, vous travaillez à ses côtés ou le (la) croisez chaque jour à la boulangerie. Vous avez décidé de que cela ne pouvait plus durer, qu’il fallait lui déclarer votre flamme où au moins l’inviter à déjeuner ! Bravo ! Maintenant il s’agit de prendre votre courage à deux mains pour oser l’aborder. Quelques trucs pour vous transformer en chevalier Bayard :
Essayez la pensée positive : dites-vous que vous êtes le plus beau, le meilleur... Même si ce n’est pas forcément efficace, cela peut vous donner le coup de pouce nécessaire !
Plus terre à terre, n’oubliez pas de vous faire beau ! Coiffé(e), habillé(e) vous vous sentirez un autre homme (une autre femme). Rien de tel pour s’assurer de son pouvoir de séduction ! Mais attention à choisir des vêtements dans lesquels vous vous sentez à l’aise !
Connaissez-vous ! Listez les défauts qu’il est préférable de "cacher" et les qualités à mettre en avant. Mais ne cherchez pas non plus à devenir trop parfait !
Ne bafouillez pas !
Il est très important de faire bonne impression dès le départ ! Pour cela, vous ne devez sous aucun prétexte bafouiller. Quelques trucs pour ne pas vous emmêler les crayons :
Sans écrire des phrases à l’avance, identifiez les thèmes clés que souhaitez aborder. Essayez de ne pas les perdre de vue lors de la conversation.
Il faut également savoir improviser ! Rien de plus énervant que quelqu’un qui récite laborieusement son texte ! N’hésitez pas à changer de sujet si vous voyez que vous ne passionnez pas les foules !
Acceptez d’avouer que vous avez le trac ! L’honnêteté se révèle souvent payante !
Ne regardez pas vos pieds ! La séduction passe aussi par les yeux. Sans forcément dévisager l’autre, regardez-le franchement ! Vous verrez que cela peut s’avérer plus efficace que de simples mots...

EDITO

Salut,

Ce blog est dédié spécialement pour ceux qui vivent en couple, les problémes qu'ils peuvent les rencontrer et quelques conditions simples et conseils pour les surmonter et sauver leurs couple.